CORPS ENTERPRISE : Épisode 6

385 / Au Fil de l'Histoire | Wolvi | 10/03/2018 | 2 commentaires

Avant même d’ouvrir les yeux, Félix sut qu’il était dans de sales draps. Il sentait des liens lui enserrer les poignets et les chevilles, tandis que le dossier du fauteuil métallique sur lequel il se trouvait était incliné à 45 degrés, comme chez le dentiste. Il tira sur ses bras pour vérifier la solidité de ses entraves. Rien à faire.

« - Pas la peine de te démener Félix, dit une voix derrière lui. »

Il se figea immédiatement. Il ne savait pas pourquoi, mais cette voix lui donnait des frissons. Il vit apparaître dans son champ de vision un grand homme habillé en costume cravate. Son crâne chauve reflétait de manière sinistre la lumière des néons.

« - Je vois que tu t’es enfin réveillé, continua l’inconnu. Mes hommes ont peut-être été un peu trop rudes avec toi, ajouta-t-il avec un sourire en coin. »

Félix ne décelait aucun accent dans sa voix, comme si l’homme avait appris le français avec un robot. D’ailleurs, il se déplaçait lui-même comme un automate. Sa démarche était tellement mesurée qu’on aurait pu croire qu’il s’était entraîné avant d’entrer dans la salle. Il alla s’assoir en face Félix. Ses yeux étaient d’un gris acier si intense qu’il lui fut difficile de soutenir son regard. L’homme prit finalement la parole :

« - Je dois t’avouer que j’ai été très surpris en apprenant que tu étais toujours vivant, qui plus est de retour dans mon entreprise. Il faudra que je pense à faire tuer les deux inutiles qui t’ont laissé rentrer, même si au final cela tourne en ma faveur…

-Qui êtes-vous ? , le coupa Félix.

-Ah oui désolé je ne me suis pas encore présenté. Je m’appelle Yuri Anderson et je suis le dirigeant de Corps Enterprise.

-Je sais ce que vous faites ici, j’ai tout vu.

-Oh oui bien sûr ! Tu as vu les clones. J’ai eu cette idée il y a quelques années, mais ce n’est que récemment que mon équipe de recherche à trouver un moyen de dupliquer l’homme. Et depuis, les affaires vont comme sur des roulettes ! Maintenant, plus besoin de faire trois milles tests sur des souris, puis de passer aux macaques pour enfin se dire que peut-être que le produit que j’ai envie de vendre n’est pas dangereux pour l’homme. J’ai à ma disposition des centaines et des centaines de cobayes sans identité ni papier pour réaliser mes expériences à un coût encore plus faible que si je délocalisais en Chine ! Grâce à cela, je peux être le plus compétitif dans tous les domaines : pharmaceutique, cosmétique, tout !

-Et pourquoi m’avoir pris moi pour faire tous vos clones ! Je vis à Paris, pourquoi avoir fait tout ce chemin alors vous avez des milliers de personnes autour de vous pour faire vos expérience de savant fou ? , s’emporta Félix. »

Il vit une lueur d’intérêt s’allumer dans les yeux d’Anderson. Ce dernier se pencha en avant et posa son menton sur sa main :

« - Il ne s’était donc pas trompé…c’est fascinant. Vois-tu, Félix, ce n’est pas toi la version originale. Tu es un clone. »

Il en resta bouche bée. Ce mec était un malade. Il allait commencer à se moquer de lui, quand il entendit des pas résonner derrière lui.

« - Vous m’avez appelé Monsieur Anderson ? »

Alors il vit arriver…lui-même. Il ne savait plus quoi penser. Il en resta muet.

« - Oui je voulais que notre nouvel ami te voie pour qu’il accepte enfin la vérité, répondit Anderson. Figure-toi qu’il s’imagine être toi. Jusque-là, tous les clones que nous avons réalisés n’ont pas de conscience, ce sont comme des coquilles vides. En un sens, ça m’arrange. Et à chaque fois que je remarque un défaut dans mes clones, comme dans ton cas la différence de couleur des yeux, je le fais éliminer car je ne peux me permettre de prendre un risque en prenant un cobaye qui n’est pas réussi. »

Il se tut quelques instants puis repris en regardant Félix droit dans les yeux :

« - Mais ton cas est beaucoup plus intéressant que je ne le croyais. Je ne sais pas comment, mais nous avons réussi à créer un être doué de raison et de libre-arbitre, et qui plus est avec une personnalité totalement différente de celle de ton modèle. Tu sembles avoir conservé ses souvenirs antérieurs à notre rencontre et notre fructueuse collaboration. Cette nouvelle découverte m’ouvre tellement de nouvelles… »

A cet instant un garde entra en trombes dans la salle :

« - Patron ! La fille ! Elle s’est de nouveau échappée !

-Bande d’incapable ! Je dois vraiment m’occuper de tout, fulmina Anderson en sortant d’un pas rageur. »

Le sosie le suivit, non sans avoir jeté un regard plein de mépris à Félix, le laissant seul.

2 commentaires :

MY 20/03/2018 à 12h11

Un épisode 6 à l'image des précédents. L'histoire est bien construite même si ce ne sont encore que les fondations d'un écrit très prometteur. L'envie de lire l'épisode suivant est toujours là à la fin, grâce à la "frazekilfo". Bravo à toi Wolvi, j'attends l'épisode 7 avec impatience !


Wolvi 22/03/2018 à 14h27

Merci beaucoup MY, content que ça te plaise !


Connectez vous pour commenter